Salutations,
Que dirais tu de te connecter ou de t'inscrire sur le royaume de Baka'land ?

Ne sois pas timide : 3 !
Et rejoins nous ~

aupres de moi toujours Kazuo Ishiguro

Partagez
Coco Dancer ~
Coco Dancer ~
avatar
Féminin Cancer Singe
Posts : 702
Age : 25
Localisation : ...........
Loisirs : Cinema , dessin , musique , dance , chant s'amuser !!!!!!!
Humeur : dynamique , tétue , cynique impulsive

Manga(s) préféré(s)? : Death note , Tsubasa reservoir , X de clamp
Anime(s) Préférés(s) : Death note ,TRC

Cv Baka'landien
Tes Caractéristiques::

aupres de moi toujours Kazuo Ishiguro

Message par ichi' le Sam 31 Mai 2008 - 10:24





Jadis, Kath, Ruth et Tommy ont été élèves à Hailsham : une école idyllique, nichée dans la campagne anglaise, où les enfants étaient protégés du monde extérieur et élevés dans l'idée qu'ils étaient des êtres à part, que leur bien-être personnel était essentiel, non seulement pour eux-mêmes, mais pour la société dans laquelle ils entreraient un jour. Mais pour quelle raison les avait-on réunis là ? Bien des années plus tard, Kath s'autorise enfin à céder aux appels de la mémoire et tente de trouver un sens à leur passé commun. Une histoire d'une extraordinaire puissance, au fil de laquelle Kath, Ruth et Tommy prennent peu à peu conscience que leur enfance apparemment heureuse n'a cessé de les hanter, au point de frelater leurs vies d'adultes
















Une jeune femme, la narratrice, raconte son quotidien et sa jeunesse dans un pensionnat. Rien de plus ordinaire, rien de moins titillant, et pourtant il s’en dégage immédiatement une atmosphère énigmatique difficile à expliquer et qui pousse le lecteur à dévorer ce livre. Puis on met le doigt sur ce qui crée cette impression : en fait l’énigme est moins créée par ce qui est écrit que par ce qui ne l’est pas. Il n’est jamais question de famille, il n’est jamais question du monde extérieur à l’école de Katherine mais uniquement d’école, de camarades et de professeurs. La curiosité n’est pas satisfaite pour autant. La narratrice n’a jamais recours à de gros effets de suspense : elle annonce parfois la révélation d’un élément essentiel de son histoire, mais elle ne la retarde jamais. Et pourtant on n’a toujours pas l’impression de ne pas comprendre cette histoire, alors même qu’il n’y a rien d’étrange dedans.
Quelle est cette école, qui sont ces élèves et ces adultes ? On finira par le savoir, mais je préfère ne rien dévoiler de plus, si ce n’est que l’émotion ne retombe jamais, alors qu’il n’y a aucun coup de théâtre et que la narratrice ne se départit jamais d’un ton factuel, presque détaché. Au contraire, ce ton ne fait qu’exacerber la tension. En effet, les personnages ne se révoltant jamais contre le sort qui leur a été assigné, le lecteur n’en est que plus révolté. Ishiguro le met face ainsi à sa responsabilité de se révolter si la situation décrite devenait un jour réelle. C’est que ce roman a une dimension philosophique évidente. Il nous pose maintes questions, dont celle-ci n’est pas la moindre : vaut-il mieux avoir conscience de sa mortalité plutôt que de vivre dans l’illusion, ou bien vivre sa vie ne suppose-t-il pas d’ignorer la mort ?



Un superbe livre , surprenant , dérangeant qui amméne a se poser des questions . Cependant a ne pas lire avant un certain age , l'histoire étant dure , de plus l'action se fait souvent par des sous entendu , les choses ne sont jamais dites directement , ce qui fait quil faut avoir déja un peu de vécu pour comprendre ce livre . De plus , c'est le lecteur qui devine qui sont Kathy et les autres , ce n'est pas relater dans le texte .

    La date/heure actuelle est Sam 20 Jan 2018 - 1:41